Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
L’importance de la mêlée au rugby– BMW Rugby Expérience avec Fabien Galthié. Toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr

L’importance de la mêlée au rugby

Fabien Galthié

Le rugby est le seul sport où l’on est parfois au contact de l’adversaire de façon collective. Cet affrontement singulier s’appelle la « mêlée », qui est une sorte de joute où les packs s’affrontent. Quels sont les bénéfices d’une telle phase de jeu dans un match ? Que se passe-t-il sous l’édifice mystérieux ? Est-ce un moment stratégique lors d’un match ?  Notre ambassadeur, Fabien Galthié, a souvent conduit le pack dans sa carrière, et se propose de nous livrer quelques éléments d’explication.

En rugby, la mêlée est une phase de jeu parmi tant d’autres, comme la touche, le ruck, le jeu de ligne, le « pick and go » … C’est un édifice bizarre qui confronte un paquet de huit joueurs de chaque équipe, soudés les uns les autres par une première ligne de trois joueurs, en contact avec les trois joueurs de première ligne de l’autre équipe. Cette remise en jeu caractérise le rugby en ce sens où elle évoque à la fois la force pure, l’effort collectif, la ruse et la tactique. Concernant son importance dans le jeu, disons que la mêlée ne sert pas tout le temps mais, quand elle sert, elle peut faire gagner. C’est une phase de jeu qui peut faire exploser une équipe si elle n’est pas prête à l’affrontement. Une reculade se transforme souvent en pénalité voire en essai de pénalité si la mêlée se trouve à proximité de la ligne d’en-but.

Tout dépend aussi de la physionomie du match. Prenons l’exemple du dernier match du XV de France (Ndlr : Nouvelle-Zélande – France : 62-13). Il a fallu attendre la 31ème minute pour voir la première mêlée du match, ce qui fait qu’elle n’a eu qu’un rôle très relatif dans la physionomie du match. Au contraire, l’utilisation de cette dernière dans d’autres rencontres a montré que ce fut la phase de jeu la plus importante dans la conquête, l’usure, la domination, et dans l’ascendant psychologique pris par les équipes dominantes.

Sur le fond, la mêlée permet de bien lancer le jeu, elle permet aussi d’éliminer un ou deux adversaires en fonction de l’axe de la poussée. Mais c’est d’abord le principal élément vers la marche en avant qui peut donner le ton d’un match dès la première poussée. La symbolique de la conquête et notamment lorsque la mêlée est gagnée est devenue une source psychologique collective essentielle. Il suffit de voir l’effervescence et la congratulation des joueurs après coup pour se rendre compte de l’impact de cette phase de jeu sur toute l’équipe.

Sur l’aspect technique, c’est une phase complexe, coordonnée, pleine de détails, mais qui est déterminante. On pourrait se pencher des heures sur le travail des axes de poussée ou des appuis des piliers en première ligne. Disserter à foison sur la technique de talonnage, du pied droit, du pied gauche, de la complicité avec le demi de mêlée pour la synchronisation, du départ du troisième ligne centre, des combinaisons en sortie de poussée… C’est la phase qui permet le plus de variations dans les lancements de jeu, ce qui explique qu’il est essentiel de bien la maitriser.

La France connait de grands techniciens de la mêlée, au rang desquels Marc Dal Maso, ancien international qui a pris en main le paquet d’avant du Japon pour les résultats que l’on sait… Citons aussi Jacques Brunel avec l’Italie, ou Mario Ledesma – qui a joué en France toute sa carrière - avec l’Australie. Nous avons une grosse expertise en la matière ; d’abord par tradition, ensuite parce que notre saison se déroule la plupart du temps en hiver, et que le temps humide provoque souvent des fautes ou des en-avant, ce qui entraine un grand nombre de mêlées à jouer lors des matches.
A lire aussi
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION