Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
BMW Rugby Experience : toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION
L’ultra-spécialisation du staff technique : l’influence des sports US en ligne de mire ?– BMW Rugby Expérience avec Fabien Galthié. Toute l’actualité du XV de France à l’occasion de l’événement mondial du rugby – Sport sur orange.fr

L’ultra-spécialisation du staff technique : l’influence des sports US en ligne de mire ?

Fabien Galthié

Le rugby est peut-être le sport collectif qui s’est le plus professionnalisé depuis ces quinze dernières années. L’entrainement et la préparation de l’équipe tendraient aujourd’hui vers une approche très spécifique voire scientifique pour chaque poste et chaque phase de jeu. Fabien Galthié, qui a connu à la fois l’ère amateur et l’ère professionnelle en tant que joueur, et qui a participé à cette évolution en tant que coach, nous décrit cette tendance.

Le rugby n’est plus le même sport qu’à l’époque des ballons en cuir et des maillots en coton !

Pour un œil averti, les temps de jeu, l’intensité et le rythme des matches en attestent. Alors que les joueurs sont toujours à quinze sur le pré, c’est bien la préparation et le staff technique qui a évolué de manière incroyable depuis l’avènement du professionnalisme en 1995.

D’un entraineur qui, tel un couteau suisse, s’occupait de l’ensemble de l’effectif tout seul , nous constatons une évolution graduelle et observons qu’un staff étoffé est aujourd’hui nécessaire à la bonne conduite d’un groupe professionnel : d’abord à deux entraineurs, puis à un entraineur principal ayant autorité sur l’aspect sportif et épaulé par un adjoint, un préparateur physique et un kinésithérapeute, le tout équilibré par un manager pour l’aspect administratif et l’intendance.

Le déclic s’est opéré après la Coupe du Monde de Rugby en 1999, où chaque équipe bénéficiait d’un staff pléthorique et spécifique, un peu à l’image des sports américains, toujours en quête d’hyperspécialisation dans l’entrainement et la préparation. C’est à partir de ce moment-là que les techniciens vidéo se sont imposés comme des acteurs  déterminants pour l’analyse des adversaires, de leurs points forts et de leurs points faibles.

Aujourd’hui, la structure d’un staff s’articule autour de trois blocs distincts – l’aspect technique, l’aspect physique, le management - et une cellule scientifique de traitement de données :

-    L’entraineur principal (« head coach ») est entouré d’entraineurs spécifiques : spécialistes de la mêlée, de la touche, des mauls, des renvois, des phases offensives, défensives, du jeu au pied, des « skills » (exercices spécifiques sur les réflexes, les passes etc…). Aucune phase de jeu ou petit détail technique ne sont laissés au hasard et un staff technique de rugby aujourd’hui fonctionne comme une véritable machine de guerre !

-    La préparation physique est aussi très bien encadrée avec un pôle médical et paramédical de pointe, qui suit les joueurs et travaille dans l’anticipation des besoins sur la saison et la prévention des blessures. Autour du médecin et des préparateurs physiques, une escouade de kinés et d’ostéo sont mis à contribution

-    Le team manager, qui a la main sur l’intendance et sur l’aspect extra-sportif, notamment sur le plan psychologique, avec l’intervention d’un coach mental ou de psychologues spécialisés pour optimiser l’approche des matches et canaliser la pression.

Cet ensemble est aujourd’hui enrichi par une cellule scientifique  qui se développe autour de la récolte de données statistiques grâce aux techniciens vidéos et aux données GPS recueillies pour chaque entrainement, chaque match, et pour chaque joueur. Le « Data Scientist » a un rôle essentiel. Il est chargé d’optimiser le comportement de l’équipe mais aussi de décoder le jeu de l’adversaire. Par la suite, ces observations nous aident aussi à anticiper notre style de jeu et à l’ajuster à la forme physique du moment…

Bref, entrainer une équipe de rugby aujourd’hui est devenu un travail quasi scientifique et qui ne laisse rien au hasard ! A tel point qu’un staff regroupe maintenant une trentaine de personnes pour seulement quinze joueurs sur le terrain. Ce qui explique sans doute le succès que représente un match de rugby en tant que spectacle vivant !
A lire aussi
Posez une question à Fabien Galthié ENVOYER VOTRE QUESTION